Accueil du site > Dossiers > Espaces publics urbains et concertation

Espaces publics urbains et concertation

Version imprimable Imprimer   envoyer l'article par mail Envoyer
Les espaces publics urbains concentrent l’attention de nombreux acteurs de la ville, institutionnels ou citoyens, de la conception à l’animation en passant par la gestion. Pourquoi un tel intérêt ? Parce que ces espaces constituent une entrée pratique vers la sphère publique et vers la démocratie locale ? Métropolitiques explore ces questions dans un dossier croisant regards de chercheurs et de professionnels.

Pendant plusieurs décennies, l’aménagement et la gestion des espaces publics ont été principalement envisagés sous un angle technique et fonctionnel. Leur conception et leur gestion étaient assurées par des ingénieurs soucieux de questions de circulation, le plus souvent automobile. Il faut attendre les années 1970 pour que ces espaces soient reconnus comme un enjeu à la fois urbain et social dont le succès se mesure aux usages [1]. La sociologie a, d’ailleurs, contribué à cette évolution en rappelant l’importance conjointe et parfois contradictoire de l’accès à tous, de l’anonymat, de la rencontre et de la discussion, fondateurs de l’urbanité [2]. Après les expériences pionnières de Bologne, Barcelone ou Lyon, de nombreuses villes se sont ensuite engagées dans la requalification de leurs espaces publics, avec des objectifs divers : opérations de prestige pour améliorer l’attractivité du centre et l’image de la ville, politiques de déplacements favorables aux « circulations douces », programmes d’amélioration du cadre de vie dans les quartiers résidentiels, etc. [3] Ce faisant, l’aménagement des espaces publics est devenu une « quasi-doctrine en aménagement » [4].

Ce regain d’attention aux espaces publics va de pair avec l’émergence de nouveaux modes de production [5]. Depuis deux décennies, on observe à la fois une diversification des acteurs impliqués et un renouvellement des méthodes de conception et de gestion qui passe par une ouverture des administrations municipales en direction de la société civile et des habitants [6]. Ces nouveaux modes de production s’appuient sur des dispositifs de concertation développés dès les années 1970 et 1980 dans le champ de la rénovation urbaine [7]. Aujourd’hui, la concertation, voire la participation, apparaît bel et bien comme un impératif politique dans la production des espaces publics. En d’autres termes, la production des espaces publics va désormais de pair avec une mise en débat dans la sphère publique. Celle-ci serait non seulement le gage d’une meilleure appropriation de l’espace par les citadins dans toute leur diversité, dans l’optique de fabriquer des espaces de mixité, mais permettrait aussi aux pouvoirs publics d’améliorer la durabilité des nouveaux aménagements, par une conception au plus proche des pratiques, des besoins et des désirs des citadins associés au processus. Il n’existe, pourtant, à ce jour pas de recette miracle. L’encadrement législatif reste relativement lâche [8] et les acteurs de l’aménagement tentent chacun dans leur territoire, avec des résultats souvent mitigés, d’inventer des techniques ad hoc qui favorisent l’implication des habitants tout en préservant les prérogatives décisionnelles des élus et la légitimité technique des services municipaux.

Ces démarches institutionnalisées ne doivent, cependant, pas faire oublier les initiatives plus spontanées, et souvent plus créatives, d’acteurs locaux qui se mobilisent pour leur cadre de vie, que ce soit des associations d’habitants, des commerçants, des artistes ou des professionnels de l’urbain. Ces mobilisations se font encore, parfois sur le mode de la contestation, comme dans les années 1970 et 1980 : l’abattage d’arbres pour permettre le passage d’un tramway ou la suppression de places de stationnement continuent sporadiquement à susciter des mobilisations locales. Mais elles se font aussi sur un mode plus apaisé, menant à des coopérations renouvelées avec les acteurs en charge de l’aménagement et la gestion des espaces publics : initiatives privées pour la requalification d’un espace public, fêtes de quartier, entretien des espaces verts par des habitants ou des associations de quartier, etc.

C’est sur ces coopérations, qu’elles soient suscitées par la puissance publique – par exemple, dans le cadre des conseils de quartier – ou qu’elles proviennent directement d’initiatives privées, que porte ce dossier de Métropolitiques. Avec des perspectives professionnelles ou académiques, les auteurs passent en revue les différents outils sur lesquels les acteurs de l’espace public – élus, administrations, associations ou simples citoyens – peuvent s’appuyer. Ce faisant, l’un des intérêts de ce dossier est de poser des jalons pour (re)visiter la relation entre espace public et sphère publique : non seulement les espaces publics sont aujourd’hui remodelés au gré des débats qui se nouent dans la sphère publique, mais ils contribuent, en retour, à redéfinir celle-ci, à l’échelle du quartier, voire de la métropole [9].

Pour autant, la généralisation de ces nouvelles coopérations ne va pas sans soulever de nombreuses questions. Trois doivent tout particulièrement retenir l’attention. Il convient ainsi en premier lieu de s’interroger sur la forme même que prennent ces coopérations. À quelle(s) échelle(s) interviennent-elles ? Tous les publics concernés sont-ils partie prenante ? Ou, à l’inverse, certains se trouvent-ils mis de côté ? En second lieu doivent être examinées les formes auxquelles ces coopérations donnent lieu, ainsi que leurs conséquences en termes de fréquentation de l’espace. Dans quelle mesure conduisent-elles à un renouvellement des formes de l’espace et de la sphère publique ? Permettent-elles une meilleure appropriation de l’espace par l’ensemble des citadins ? Enfin, la question des dynamiques urbaines qu’elles engendrent ou accompagnent à l’échelle d’un quartier ou d’une ville doit être posée. Les espaces publics suscitent-ils des discussions publiques sur des questions qui les dépassent ? N’y a-t-il pas, par exemple, un risque de prééminence des habitants les plus aisés dans les processus de concertation, qui conduirait d’une certaine manière à accompagner le processus de gentrification ?

Afin d’enrichir ce dossier et d’approfondir le débat, Métropolitiques est ouverte à de nouvelles contributions critiques relatant des expériences concertées de conception, de rénovation et de gestion d’espace publics.

Sommaire

Espaces publics et projet urbain

Les échelles spatiales de la concertation

Acteurs et temporalités de la concertation

Espaces publics / sphère publique

Notes

[1] Whyte, W. H. 1980. The Social Life of Small Urban Spaces, Washington, DC : The Conservation Foundation.

[2] Jolé, M. 2002. Espaces publics et cultures urbaines, Lyon : CERTU ; Joseph, I. 1995. Prendre place. Espace public et culture dramatique, Paris : Éditions Recherches, Plan urbain ; Joseph, I. (dir.). 1991. L’espace du public. Les compétences du citadin, Paris : Éditions Recherches, Plan urbain ; Tonnelat, S. 2010. « The Sociology of Urban Public Spaces », in Hongyang, Savy et Zhai (dir.), Territorial Evolution and Planning Solution. Experiences from China and France, Paris : Atlantis Press

[3] Dessouroux, C. 2006. La production des espaces publics dans la ville contemporaine. Enjeux, acteurs et logiques de gestion et d’aménagement dans trois communes de la région Bruxelles-Capitale, thèse de doctorat en géographie, université libre de Bruxelles ; Fleury, A. 2007. Les espaces publics dans les politiques métropolitaines. Réflexions au croisement de trois expériences : de Paris aux quartiers centraux de Berlin et Istanbul, thèse de doctorat en géographie, université Paris-1.

[4] Toussaint, J.-Y. et Zimmermann, M. 2001. « L’espace public et l’espace du public. Politique et aménagement », in Toussaint et Zimmermann, User, observer, programmer et fabriquer l’espace public, Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romanes, p. 73-91.

[5] Carmona, M., De Magalhaes, C. et Hammond, L. 2008. Public Space. The Management Dimension, New York : Routledge.

[6] Vareilles, S. 2006. Les dispositifs de concertation des espaces publics lyonnais. Éléments pour une analyse du rôle de la concertation des publics urbains sur la fabrication de la ville, thèse de doctorat, Institut national des sciences appliquées (INSA) de Lyon.

[7] Bacqué, M.-H. et Mario, G. 2011. « Participation, urbanisme et études urbaines », Participations, vol. 1, n° 1, p. 36‑66.

[8] Monédiaire, G. 2011. « La participation du public organisée par le droit : des principes prometteurs, une mise en œuvre circonspecte », Participations, vol. 1, n° 1, p. 134-155.

[9] Low, S. et Smith, N. 2005. « The Imperative of Public Space », in Low et Smith (dir.), The Politics of Public Space, New York : Routledge, p. 1-16.

Commenter cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Pour citer cet article :

Antoine Fleury & Stéphane Tonnelat, « Espaces publics urbains et concertation », Métropolitiques, 19 septembre 2012. URL : http://www.metropolitiques.eu/Espaces-publics-urbains-et.html
haut de page

Les textes publiés sur Métropolitiques sont protégés par le droit d'auteur. Toute reproduction interdite sans autorisation.

Site propulsé par Spip2Mentions légales | Contact | Plan du site