Accueil du site > Débats > Emplois et territoires : l’hypercentralité fonctionnelle de Paris, un atout (...)

Emplois et territoires : l’hypercentralité fonctionnelle de Paris, un atout pour l’Île-de-France ?

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

pdf Télécharger Version imprimable Imprimer commenter Commenter   envoyer l'article par mail Envoyer
Et si l’atout de Paris dans la compétition entre métropoles globales était la concentration spatiale en son cœur de fonctions économiques stratégiques ? Constatant l’hypercentralité fonctionnelle de la métropole parisienne, Lise Bourdeau-Lepage et Élisabeth Tovar s’interrogent sur les effets sociaux et économiques de la politique de localisation des emplois.

Dossier : Le Grand Paris, une métropole en marche ?

Avec la révolution informationnelle, les nouvelles technologies de l’information et de la communication et l’avènement de la proximité virtuelle [1] ont rendu possible la déconnexion spatiale des fonctions économiques [2] des entreprises (cf. tableau 1). De même qu’à l’échelle mondiale la géographie de la production économique a connu de grands bouleversements, cette nouvelle réalité a modifié la place des villes dans l’économie mondiale et a affecté jusqu’à leur structure spatiale interne. Pour une métropole comme Paris, cela questionne l’existence et les formes d’une nouvelle division fonctionnelle du travail dans le territoire métropolitain.

Tableau 1. Les fonctions métropolitaines et non métropolitaines dans la nomenclature des 15 fonctions d’entreprise de l’Insee (2009)
Fonctions non métropolitaines
Fonctions métropolitaines
1. Agriculture et pêche

2. Bâtiment et travaux publics

3. Fabrication

4. Transports – logistique

5. Entretien – réparation

6. Distribution

7. Services de proximité

8. Éducation – formation

9. Santé et action sociale

10. Administration publique

11. Conception – recherche

12. Prestations intellectuelles

13. Gestion

14. Culture – loisirs

15. Commerce inter-entreprises

Quelle opposition centre–périphérique dans la métropole francilienne ?

Mesurer la division spatiale du travail à partir des fonctions économiques exercées dans les entreprises dévoile une structure qui contraste avec l’image convenue d’une Île-de-France où le centre concentrerait les emplois de décision et de conception, alors que les tâches de production et d’exécution seraient rejetées en périphérie.

Au vu d’une étude sur l’inégalité de la distribution des fonctions économiques menée à l’échelle communale en Île-de-France, l’hypothèse d’une opposition entre un centre métropolitain et une périphérie opérationnelle ne tient pas. Cela ne signifie pas, pour autant, qu’il n’existe pas de profondes asymétries entre centre et périphérie dans la répartition des fonctions d’entreprise au sein de la métropole francilienne. Elles sont simplement d’une autre nature.

Elles opposent Paris et sa proche banlieue, bien plus dotées en emplois, au reste de la région Île‑de France (communes en rouge sur les cartes 1 et 2), et ce tout autant pour les emplois « métropolitains » que pour les emplois « non métropolitains ».

L’hypercentralité fonctionnelle de l’Île-de-France. Association spatiale des emplois en volume en 2007
JPEG - 490.1 ko

Source : Insee 2009 (Emplois au lieu de travail). Cartes réalisées à l’aide du logiciel GeoDa (Anselin, Syabri et Kho 2006).

Tous les actifs se rencontrent mais certains plus que d’autres

Toutefois, à l’échelle des communes, la division fonctionnelle des emplois est asymétrique : les actifs exerçant différentes fonctions n’ont pas la même probabilité de se rencontrer [3]. Les actifs occupant des fonctions métropolitaines ont une forte probabilité de côtoyer des actifs occupant des fonctions non-métropolitaines (58 %). Par contre, les chances pour des actifs de fonctions non-métropolitaines de rencontrer des actifs de fonctions métropolitaines sont nettement plus faibles, leur probabilité de rencontre étant seulement de 35 %.

Tableau 2. Probabilités d’interaction fonctionnelle des emplois en Île-de-France en 2007
Probabilité de rencontre
Actifs occupant une fonction métropolitaine
Actifs occupant une fonction non métropolitaine
Actifs occupant une fonction métropolitaine
42 %
58 %
Actifs occupant une fonction non métropolitaine
35 %
65 %

Source : Insee (Recensement de la population). Calculs réalisés sur Segregation.mbx (Apparicio et al. 2008).

Ce résultat est dû à la fois au fait qu’il y a globalement plus d’actifs dans les fonctions non-métropolitaines mais aussi au fait que les fonctions métropolitaines sont plus que proportionnellement représentées dans le cœur de la région francilienne. En parallèle, les emplois métropolitains sont particulièrement peu présents hors du cœur de la région, où les actifs travaillant dans les fonctions non-métropolitaines se retrouvent entre eux.

Cette asymétrie dans les probabilités de rencontre d’actifs situés aux extrêmes de la hiérarchie fonctionnelle fait écho à la ségrégation résidentielle des groupes sociaux dans l’espace urbain. On y observait que les pauvres n’ont que de très faibles chances de côtoyer des riches dans leurs communes de résidence, l’inverse n’étant pas vrai.

Face à ces constats, la question de l’action publique se pose et plusieurs logiques d’aménagement du territoire peuvent être envisagées.

Trois perspectives pour la localisation des emplois en Île-de-France

Dans la compétition entre métropoles globales, les activités de décision, de contrôle et de création sont un des éléments clefs de la performance économique, du rang et du devenir de chacune de ces villes, têtes de réseau de l’économie mondialisée. Dans cet archipel urbain, chaque ville présente une combinaison d’atouts qui lui est propre, attirant des firmes multinationales différentes qui profitent de ces caractéristiques (Bourdeau-Lepage 2010). Selon le récent classement de la Fondation Mori intitulé Global Inner-City Power Index 2010 (Fondation Mori 2011), Paris se classe au premier rang des métropoles globales. Ce résultat contraste avec sa surface urbaine la plus ramassée parmi les villes entrant dans le classement [4], ce qui fait écho au résultat de la forte concentration des emplois franciliens au sein du territoire de la métropole parisienne.

Face à la montée des villes d’Asie du Sud-Est, cette hypercentralité fonctionnelle pourrait être présentée comme le meilleur atout de Paris pour tenir son rang parmi les métropoles globales et les politiques publiques locales de l’emploi devraient s’inscrire dans ce cadre.

On pourrait, au contraire, plaider pour la déconcentration des fonctions métropolitaines au sein des communes franciliennes). Si l’on adopte plutôt le prisme du bien-être des actifs ou de la mixité sociale au sein des entreprises, cela permettrait de produire une métropole plus équilibrée. En effet, le monocentrisme fonctionnel a a priori des conséquences sur le bien-être des travailleurs : il implique notamment d’importantes inégalités en termes de logement et de temps de transport. C’est le cas des populations les moins qualifiées localisées loin du cœur de la région, mais cela concerne plus largement tous les actifs.

Enfin, on pourrait chercher à transposer aux emplois les débats sur la mixité sociale et considérer qu’il faudrait imposer un minimum d’emplois métropolitains et un minimum d’emplois non métropolitains par territoire – par exemple, en jouant sur la destination des sols ou les règles d’urbanisme, les bâtiments n’étant pas les mêmes pour accueillir chacune des fonctions. Si l’on adoptait cette position, cela impliquerait, là aussi, une politique volontariste de redéploiement des fonctions entre communes périphériques et communes centrales, ainsi qu’une attention particulière portée à la composition de la main-d’œuvre au cœur même de la région.

Trancher entre ces trois orientations suppose de faire des choix stratégiques sur l’articulation entre le développement économique et le développement urbain de la métropole. Cela implique aussi des processus de décision publique innovants concernant la territorialisation des politiques économiques.

Bibliographie

Notes

[1] La proximité virtuelle est le fait de pouvoir être très proche de quelqu’un ou d’un service tout en étant géographiquement éloigné et sans avoir besoin de se déplacer pour interagir instantanément (Bourdeau-Lepage et Huriot 2009).

[2] Les fonctions d’entreprise sont transversales aux secteurs d’activité. Cette analyse fonctionnelle des emplois renvoie à l’analyse des fonctions remplies par les actifs qui résultent de la profession qu’ils occupent. Ainsi, un ingénieur de recherche peut exercer la même fonction de conception dans une entreprise industrielle, dans un établissement de recherche (public ou privé) ou dans une société de services. L’analyse fonctionnelle a donc l’avantage de s’affranchir des choix d’organisation interne des entreprises. Parmi ces fonctions, l’Insee identifie cinq fonctions dites métropolitaines qui correspondent à des tâches stratégiques, de décision ou fortement innovantes situées dans le haut de la hiérarchie des emplois (Insee 2009).

[3] Ce que mesurent les indicateurs d’exposition. L’indicateur d’exposition uni-groupe FPF (Bell 1954) exprime la probabilité qu’un actif employé dans une fonction donnée F partage son unité spatiale de travail avec un actif occupant la même fonction (White 1986). L’indicateur d’exposition inter-groupe FPG exprime, quant à lui, la probabilité qu’un actif dans la fonction F partage son unité spatiale de travail avec un actif dans une autre fonction G. Ils varient de 0 à 1 ; la valeur maximale signifie qu’aucun des actifs employés dans la fonction F ne pourra rencontrer, dans les unités spatiales où il travaille, d’actif employé dans la même fonction F (respectivement, une autre fonction G).

[4] New York, Tokyo, Londres, Singapour, Séoul, Hong Kong et Shanghai.

Commenter cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
Ajouter un document

Vos commentaires

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

pdf Télécharger Version imprimable Imprimer commenter Commenter   envoyer l'article par mail Envoyer

Pour citer cet article :

Lise Bourdeau-Lepage & Élisabeth Tovar, « Emplois et territoires : l’hypercentralité fonctionnelle de Paris, un atout pour l’Île-de-France ? », Métropolitiques, 17 décembre 2012. URL : http://www.metropolitiques.eu/Emplois-et-territoires-l.html
haut de page

Les textes publiés sur Métropolitiques sont protégés par le droit d'auteur. Toute reproduction interdite sans autorisation.

Site propulsé par Spip2Mentions légales | Contact | Plan du site