Accueil du site > Dossiers > Effervescences de l’habitat alternatif

Effervescences de l’habitat alternatif

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Version imprimable Imprimer   envoyer l'article par mail Envoyer
Depuis les années 2000 en France et en Europe, dans un contexte où l’accès au logement devient de plus en plus complexe pour les populations modestes comme pour les classes moyennes, les projets qui proposent de nouveaux modes de production et de gestion de l’habitat se multiplient. Dans ce dossier, Métropolitiques propose un tour d’horizon de ces pratiques innovantes.

▼ Voir le sommaire du dossier ▼

À la marge des deux secteurs historiques dominants, la promotion immobilière privée et le secteur social, c’est un véritable essaim d’initiatives qui se développe, visant à financer, construire et/ou vivre le logement autrement. Des petits ensembles d’une dizaine de logements, le plus souvent à la pointe des exigences environnementales en matière de construction et dotés d’espaces partagés (salle commune, buanderie, jardin partagé etc.), ont ainsi vu le jour récemment. Quelques opérations médiatisées sont actuellement en chantier et 200 autres sont actuellement à l’étude. D’un projet à l’autre, les principes guidant ces démarches présentent des parentés évidentes : la participation des habitants à la conception et à la gestion du logement, la recherche de relations de voisinage favorisant la solidarité, l’invention de modes de consommation et de construction considérés comme plus respectueux de l’environnement ou encore la prise de distance avec un marché immobilier déconnecté des revenus du travail en constituent les traits les plus saillants.

Ces idées ne sont pas, à proprement parler, nouvelles dans le champ de l’habitat. Les années 1970 et 1980 avaient vu éclore des initiatives, notamment autour du mouvement pour l’habitat groupé autogéré, dont les valeurs affichées et les modes de faire sont très proches de celles des projets actuels. Aujourd’hui, la crise du politique en tant qu’espace commun légitime, la hausse du prix de l’immobilier et du foncier, l’affaiblissement des moyens publics accordés au logement social ou encore l’affirmation de nouvelles revendications citoyennes sont autant de facteurs qui contribuent à en renouveler largement la nature et le sens.

Dans cette brèche (ré)ouverte depuis peu dans le secteur de l’habitat, chaque projet est encore l’occasion d’une expérimentation nouvelle, même si des réseaux nationaux et internationaux se constituent actuellement pour fédérer les différentes initiatives et capitaliser les savoir-faire. Ces expériences apparaissent ainsi plurielles et multiformes, comme en témoigne la variété des expressions mobilisées pour les qualifier : « habitats alternatifs », « participatifs » ou « coopératifs », « habitats groupés » voire « co-habitats » en référence à l’expression anglo-saxonne « cohousing ». Les montages juridico-financiers mobilisés (autopromotion, coopérative etc.), les objectifs poursuivis et les profils socio-économiques des populations concernées diffèrent largement d’une opération à l’autre. Les initiatives sont, en outre, portées par des acteurs variés, le plus souvent par des associations et/ou groupes d’habitants, des professionnels de l’architecture et de la construction, mais parfois aussi par des bailleurs sociaux et des collectivités territoriales, ces dernières voyant là un moyen de diversifier leur parc et de donner un contenu participatif aux éco-quartiers dont elles sont souvent à l’origine. L’heure est au bouillonnement expérimental et à la confrontation des modèles dans une course à la généralisation qui reste à inventer.

Dans ce dossier, Métropolitiques propose d’explorer, au regard des expériences passées, la spécificité et les enjeux liés à ces effervescences actuelles dans le champ de l’habitat alternatif. Plusieurs questions parcourent les différents articles, parmi lesquelles celle du sens et de l’homogénéité des initiatives actuelles. Doit-on parler plutôt d’un mouvement unifié ou bien d’une nébuleuse d’expériences ? Qui sont les acteurs et bénéficiaires de ces opérations et par quels projets, social, collectif, immobilier ou professionnel, sont-ils animés ? Quelle est, enfin, la capacité de reproductibilité et de multiplication de ces expériences, dans un contexte où la fédération des porteurs de projets, d’une part, et la coopération avec les acteurs publics, d’autre part, apparaissent comme des conditions nécessaires pour sortir du registre de l’exceptionnel et aboutir à la création de dispositifs juridico-financier en faveur d’un tiers secteur de l’habitat ?

Au sommaire de ce dossier :

L’habitat alternatif : une question ancienne

Mouvement unifié ou nébuleuse ? Des initiatives multiformes

Institutionnalisation et reproductibilité des expériences

Des professionnels engagés avec les habitants

Commenter cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Pour citer cet article :

Claire Carriou & Olivier Ratouis & Agnès Sander (†), « Effervescences de l’habitat alternatif », Métropolitiques, 11 janvier 2012. URL : http://www.metropolitiques.eu/Effervescences-de-l-habitat.html
haut de page

Partenaires

  • Institut d'aménagement et d'urbanisme de la région Île-de-France
  • Laboratoire Architecture Ville Urbanisme Environnement
  • Caisse des Dépôts
  • L'Union sociale pour l'habitat

Newsletter

Abonnez-vous gratuitement :
 

Suivez Métropolitiques.eu

  • F
  • T
  • rss

Les textes publiés sur Métropolitiques sont protégés par le droit d'auteur. Toute reproduction interdite sans autorisation.

Site propulsé par Spip2Mentions légales | Contact | Plan du site