Accueil du site > Dossiers > La Nouvelle-Orléans après Katrina

La Nouvelle-Orléans après Katrina

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Version imprimable Imprimer   envoyer l'article par mail Envoyer
Comment suivre le devenir d’une ville après une catastrophe environnementale ? Metropolitiques revient sur quelques mobilisations qui ont nourri les débats et aidé les habitants à reconstruire la Nouvelle-Orléans après les inondations de Katrina en 2005.

▼ Voir le sommaire du dossier ▼

Les catastrophes sont un sujet aujourd’hui largement analysé par les sciences sociales tant elles permettent d’exposer des aspects cruciaux et souvent révoltants de nos sociétés modernes (voir le dossier sur La vie des idées). Katrina, l’ouragan qui a presque balayé la Nouvelle-Orléans en août 2005, n’y fait pas exception. Les études ont donné lieu à de nombreux récits, descriptions et analyses des dysfonctionnements qui ont aggravé les conséquences de l’événement naturel, mettant au jour l’inégale vulnérabilité de différents segments de la population aux catastrophes environnementales, notamment en fonction de critères de race ou de classe.

Jusqu’à aujourd’hui, il y a eu cependant moins de recherches sur le processus de reconstruction de la ville, malgré son importance et les débats nombreux qu’il suscite. De fait, pendant quelques années après Katrina, le futur même de la ville est resté incertain. Méritait-elle d’être rebâtie ? Aujourd’hui, d’après le recensement 2009, la ville compte 354 850 habitants, soit 78 % des 455 188 habitants avant Katrina (pour plus d’informations sur les tendances démographiques à la Nouvelle-Orléans, voir ici). La ville n’a plus la même taille, mais elle est toujours là.

Les articles présentés dans ce dossier, extraits de livre et essais originaux, sont tirés d’un colloque intitulé « Learning from New Orleans post Katrina. Action collective, publics et réponses sociétales aux vulnérabilités environnementales » organisé en avril 2011 par Samuel Bordreuil à la Maison méditérranénenne des sciences de l’homme d’Aix en Provence. Les auteurs s’attachent tous à identifier et comprendre des phénomènes qui ont joué un rôle dans les débats et les mobilisations des habitants pour la reconstruction de leur ville. Certaines questions, comme le montre Richard Campanella, sont des réinterprétations de problématiques aussi vielles que la ville. D’autres sont des innovations exploratoires nées des incertitudes propres aux périodes post-catastrophes. Certaines témoignent de la capacité collective créative des habitants tandis que d’autres révèlent de plus contestables agissements.

Au sommaire de ce dossier :

Aussi sur Métropolitiques :

Commenter cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Pour citer cet article :

Jean Samuel Bordreuil & Stéphane Tonnelat, « La Nouvelle-Orléans après Katrina », Métropolitiques, 1er juin 2011. URL : http://www.metropolitiques.eu/La-Nouvelle-Orleans-apres-Katrina.html
haut de page

Les textes publiés sur Métropolitiques sont protégés par le droit d'auteur. Toute reproduction interdite sans autorisation.

Site propulsé par Spip2Mentions légales | Contact | Plan du site