Accueil du site > Entretiens > Le projet comme producteur de connaissance

Le projet comme producteur de connaissance

Entretien avec Paola Viganò

Version imprimable Imprimer   envoyer l'article par mail Envoyer
Comment faire du projet urbain aujourd’hui dans des territoires marqués par la complexité et l’incertitude ? Peut-on s’appuyer sur de grands modèles d’analyses ? Et sont-ils encore pertinents pour penser le Grand Paris ? Paola Viganò, Grand Prix de l’urbanisme en 2013, répond à ces questions à partir du concept de « ville poreuse » et de sa conception du projet où se mêlent description, conceptualisation et création de scénarios.

Dossier : Actualité des modèles urbanistiques

1. La ville poreuse

En 2011, vous avez publié avec Bernardo Secchi La Ville poreuse. Pourriez-vous revenir sur le sens de cette notion ? En quoi permet-elle de rendre compte des transformations de la ville contemporaine ? Et en quoi est-elle pertinente pour le Grand Paris ?

2. Une autre manière de faire l’urbanisme

Est-ce que la ville poreuse implique une autre manière de faire de l’urbanisme ?

3. La place du modèle dans les projets d’urbanisme

À partir de vos réflexions sur l’évolution des villes, comment comprenez-vous la place du modèle dans les projets d’urbanisme aujourd’hui ? Et dans votre pratique ?

4. Le projet comme producteur de connaissances

Vous êtes à la fois praticienne et théoricienne. Y a-t-il une spécificité italienne dans la manière de conjuguer ces deux dimensions ?

Dans votre dernier livre, Les Territoires de l’urbanisme, vous développez la thèse du projet comme producteur de connaissances. Comment peuvent s’articuler projet et connaissance, sachant qu’ils sont habituellement opposés, la connaissance étant même au regard de certains un frein à la libre expression du projet ?

5. L’architecte-urbaniste et la société civile

Aujourd’hui, la perte d’expertise de l’architecte ne porte pas que sur la production de connaissance mais sur la légitimité démocratique. Le lien entre l’architecte-urbaniste et la société civile est rompu. Comment renouer le dialogue ? Comment replacer les habitants au centre des projets ?


Paola Viganò est également l’auteur de Les Territoires de l’urbanisme. Le projet comme producteur de connaissance (Genève, MētisPresses, 2014).

JPEG - 48.6 ko

Commenter cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Vos commentaires

  • Le 2 octobre 2014 à 20:58, par Olibiobus En réponse à : Le projet comme producteur de connaissance

    On se gargarise de grandes idées plus géniales les unes que les autres pour développer toujours plus la grande ville ; harmonieusement, bien sûr ; en beauté (souvent froide de l’intellect), évidemment ; de grands esprits échafaudent sans tenir compte de la populace qui n’est pas apte à ces circonvolutions intellectuelles stériles.
    Et pire que tout : la grande ville n’a pas d’avenir, car elle est incapable de simplement s’auto-alimenter ! La grande ville est tellement dépendante du monde que la moindre crise des transports ou de l’énergie met la vie de ses citoyens en péril.
    Au lieu de se gargariser de grands projets irréalistes, il serait bon de se poser la question : ne serait-il pas sage d’inciter les gens à s’éloigner des mégapoles inhumaines et prochainement invivables ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Pour citer cet article :

Olivier Ratouis & Philippe Simay & Paola Viganò, « Le projet comme producteur de connaissance. Entretien avec Paola Viganò », Métropolitiques, 29 septembre 2014. URL : http://www.metropolitiques.eu/Le-projet-comme-producteur-de.html
haut de page

Les textes publiés sur Métropolitiques sont protégés par le droit d'auteur. Toute reproduction interdite sans autorisation.

Site propulsé par Spip2Mentions légales | Contact | Plan du site