La ville des séries télé

Depuis qu’elles ont envahi le petit écran, les séries américaines connaissent un succès croissant, d’abord de la part du grand public puis, plus récemment, des milieux universitaires, à mesure que les médias et la culture populaire deviennent des objets d’interrogation scientifique légitimes.


▼ Voir le sommaire du dossier ▼


Loin de s’apparenter à ce « chewing-gum mental » que dénonçait l’architecte Frank Lloyd Wright, reléguant le spectateur à la passivité et à l’impuissance, les séries apparaissent aujourd’hui comme un formidable moyen d’explorer la ville et l’urbanité états-uniennes que ne proposent pas d’autres médias, notamment en raison de leur traitement spécifique de l’espace et du temps. En nous confrontant régulièrement aux mêmes lieux, les séries posent un cadre d’analyse à partir duquel il est possible d’observer, de façon quasi sociologique, les faits et gestes des divers protagonistes. C’est le cas de The Wire où le long déclin de Baltimore constitue le véritable sujet de la série. De plus, le suivi dans le temps long, parfois sur plusieurs années, permet aux séries de montrer l’évolution des cadres bâtis liés aux mutations urbaines ou paysagères, comme la désindustrialisation de Détroit ou des small towns (Hung, Supernatural), la suburbanisation (Desperate Housewives, Breaking Bad) ou la reconstruction de la Nouvelle-Orléans après une catastrophe (Treme). Dans ce cadre mouvant, les protagonistes sont à la fois les acteurs et souvent les victimes d’événements et de politiques qui les dépassent. Au rythme des épisodes et des saisons, le spectateur accède à une compréhension non immédiate mais diachronique ou narrative de l’urbanité contemporaine, dont le sens n’est pas donné une fois pour toute.

Les séries constituent ainsi de véritables terrains d’observation des villes nord-américaines et, peut-être au-delà, des miroirs tantôt déformants, tantôt grossissants où se reflète une condition urbaine, dans laquelle nous nous reconnaissons confusément. On comprend alors mieux pourquoi elles nous fascinent, à défaut de nous rassurer.

Au sommaire de ce dossier :


▲ Retour vers le haut de la page ▲

Pour citer cet article :

Philippe Simay & Stéphane Tonnelat, « La ville des séries télé », Métropolitiques, 7 novembre 2011. URL : https://www.metropolitiques.eu/La-ville-des-series-tele.html
©metropolitiques.eu - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction