La périurbanisation comme projet - commentaires La périurbanisation comme projet 2012-12-29T01:24:11Z https://www.metropolitiques.eu/La-periurbanisation-comme-projet.html#comment96 2012-12-29T01:24:11Z <p>Bonjour,<br class="autobr" /> Ce billet pose de bonnes questions.<br class="autobr" /> Je crois que l'on doit élaborer des solutions raisonnées, capables de gérer les besoins du moment, en maitrisant leurs empreintes.</p> <p>Il faut définir l'action. <br class="autobr" /> Nous évoluons dans un système global comportant énormément de facteurs là ou il est très complexe d'établir un modèle ou une politique particulière : Vous le dite, les solutions produisent inexorablement des paradoxes et de nouveaux problèmes. Les politiques territoriales ne sont pas raisonnées, à la manière de l'agriculture du vingtième siècle.<br class="autobr" /> On étend le modèle des zones urbaines parceque c'est une réussite ! Donc effectivement, c'est bien dans les zones rurales et péri-urbaines qu'il va falloir mener une politique de demain sur un modèle raisonné et raisonnable.</p> <p>Mais que faire de ces territoires « sans qualités » ?<br class="autobr" /> Il me semble que <strong>tous les territoires possèdent des qualités</strong>.<br class="autobr" /> Les qualités d'un territoire sont appréciées par une tranche de population qui parfois même n'y habite pas - et c'est bien dommage pour ces personnes -. Les vrais besoins sur un territoire sont réclamés par ceux qui en apprécie ces qualités.</p> <p>Certains aiment vivre en ville d'autres à la campagne, d'autres encore ne sont pas difficiles : chacun peut y trouver son compte. <br class="autobr" /> Partant de ce principe, si la population augmente en zone urbaine il faut urbaniser et concentrer, troquer la voiture contre l'ascenseur en conservant un maximum de flexibilité et d'attrait. Pour ce faire le développement durable sera une clé. <br class="autobr" /> Si la population rurale augmente il faut répondre par des solutions locales et respectueuses du terroir le risque majeur étant de continuer à transposer les solutions : une solution valable pour une zone urbaine ne l'ai pas pour une autre zone. Par exemple, l'autonomie est une notion non négligeable de l'habitat rural qui n'as pas de sens en zone urbaine. L'empreinte écologique d'une nouvelle construction en campagne devrait répondre à des exigences précises.</p> <p>Dès lors, il n'y a pas lieu de peupler et donc d'urbaniser en conséquence les zones péri-urbaines, zones tampons à la fois passantes, commercantes et industrielles plustôt que dortoirs.</p> <p><strong>La mobilité doit être raisonnée. </strong> <br class="autobr" /> L'aménagement du territoire doit permettre à chacun de se loger durablement là ou il se plait et non par nécessité. Le nomadisme, sans généraliser, a lieu lorsqu'il y a un déséquilibre ou un manque. Pour autant, homogénéiser est une grave erreur car cela provoque de lourde transformation qui modifie une segmentation de la population qui est cruciale pour maintenir des repères fondateurs et opposés (le contact avec la nature/ le béton, la vie en société/l'isolement, la mondialisation/le local, ...).</p> <p>La complémentarité devrait être d'ordre économique et non d'ordre social.<br class="autobr" /> Les secteurs d'activités prédominant pour ses trois zones sont complémentaires.<br class="autobr" /> Les zones péri-urbaines devrait faire office de jonctions et non de dépendances. Etre passantes, commercantes et industrielles. Son urbanisation doit être maîtrisée elle ne devrait pas recevoir d'hyper-structures à cause du manque d'espace en ville. Il convient plustôt de redéfinir les espaces ou les projets, n'est-il pas ?</p>