Précarisation du travail et injonction à la mobilité : approches critiques - commentaires Précarisation du travail et injonction à la mobilité : approches critiques 2015-09-24T16:04:29Z https://www.metropolitiques.eu/Precarisation-du-travail-et.html#comment644 2015-09-24T16:04:29Z Je crois qu'il faut rester pragmatique et montrer ici quelques graves travers de la mobilité. Quelques exemples pour illustrer cela. A) Des entreprises plus ou moins importantes s'installent en région parisienne car cette région est le noeud de nombreux moyens de communication (aérienne, ferroviaire, terrestre, fluviale). Du coup l'entreprise francilienne peut couvrir assez facilement toute la France voire plus. En effet, elle peut envoyer ses cadres et ses experts aux 4 coins du pays grâce aux liaisons existantes, qui plus est rapides (TGV,Avion). Du coup, l'entreprise francilienne n'a pas besoin de créer des filiales relais dans le pays ; elle peut concentrer son personnel en un lieu unique, l'IDF. Il est clair que cette disposition a trois inconvénients majeurs : 1) elle établit une forme de concurrence déloyale entre la métropole francilienne et le reste du pays. 2) elle interdit pratiquement la localisation de cadres et d'experts hors d'IDF et ce faisant, transforme peu à peu le reste du pays et particulièrement les campagnes en déserts. 3) elle n'incite pas à créer des liaisons autres que celles centrées sur les métropoles. B) La mobilité accrue signifie des trajets domicile travail toujours plus distants, même si grâce aux liaisons rapides, ces trajets peuvent être de durée relativement courte. Or ces trajets de plus en plus longs en kms sont néfastes à plusieurs points de vue : 1) ces trajets impliquent des infrastructures lourdes, couteuses tant en énergie qu'en ressources devenant rares. 2) ces trajets écartèlent la vie des gens qui sont à certains moments de la journée très loin de chez eux, de leurs proches et amis. 3) ces trajets sont du temps perdu même s'ils ne sont pas encore comptabilisés dans le temps de travail. 4) pour réduire ces trajets, les plus aisés ou chanceux tentent d'habiter au plus près de leur lieu de travail ; comme ce lieu est souvent situé dans une grande métropole, cela crée une pression foncière énorme dans ces métropoles. En résumé, la grande mobilité n'est pas une panacée pour l'humanité, loin s'en faut. Par contre il est clair que la mobilité accrue profite aux grandes entreprises et à la finance, soit en d'autres termes humains, à une minorité d'individus ... pas recommandables !