Les « gars de la propreté » et le pouvoir municipal à Marseille - commentaires