Coronavirus, et après ? Pour de nouveaux compromis urbains - commentaires Coronavirus, et après ? Pour de nouveaux compromis urbains 2020-06-22T09:35:32Z https://www.metropolitiques.eu/Coronavirus-et-apres-Pour-de-nouveaux-compromis-urbains.html#comment812 2020-06-22T09:35:32Z Merci Monsieur OFFNER pour cet excellent article. Je partagerai autour de moi cette inspiration vers des territoires capables. J'attire l'attention d'Olibiobus sur sa réaction. Attention à ne pas "re" tomber dans des concepts trop simples pouvant occulter "l'expression de trajectoires territoriales diversifiées et négociées". Coronavirus, et après ? Pour de nouveaux compromis urbains 2020-06-20T19:34:41Z https://www.metropolitiques.eu/Coronavirus-et-apres-Pour-de-nouveaux-compromis-urbains.html#comment811 2020-06-20T19:34:41Z Merci pour cet article très intéressant. L'analyse des espaces et des distances entre lieux, l'analyse du moment de leur utilisation est particulièrement pertinente. Puis je suggérer une voie du bien aménager des territoires ? Une voie, une direction que je ne vois que trop rarement évoquée ? Il s'agit de l'idée suivante : toujours avoir à l'esprit de réduire le besoin de mobilité des gens. Il ne s'agit pas d'interdire la mobilité mais de faire en sorte qu'on est moins besoin de se déplacer ou de déplacer des choses. Pour cela il faut donc que chaque territoire soit le plus multi-fonctionnel possible. Si l'habitant trouve à proximité de son logement, école, travail, petit commerce, ferme, loisir, etc ... il n'a plus besoin de se déplacer beaucoup. Un urbanisme basé sur ce concept de réduction du besoin de mobilité me semble avoir de nombreux avantages. Par exemple la restauration de la petite école communale évite aux enseignants et aux élèves de se déplacer vers la grande école de regroupement actuelle. Gain de temps et d'argent non dépensé en transports, activité locale mieux répartie redonnant vie à la petite commune et permettant la survie du commerce local, de la ferme, ... Autre exemple qui remet en cause les liaisons rapides entre métropoles : grâce à ces liaisons, les entreprises peuvent se concentrer en RP et envoyer leurs cadres ou employés aux 6 coins de la France. Ce faisant ils encouragent la concentration de population en RP et donc découragent de mieux répartir la population sur tout le pays. Si on supprime ou diminue fortement ces liaisons rapides, on oblige du même coup, ces entreprises à créer des agences locales et donc à répartir mieux les emplois. Je pourrais citer bien d'autres exemples qui démontrent, me semble t il, la nécessité de 'dégraisser' les métropoles, de spécialiser moins fortement les activités afin de mieux répartir celles-ci dans l'espace et dans le temps pour le bien être des habitants.