Accueil du site > Métropolitiques > La mobilité en Chine de 1949 à nos jours

La mobilité en Chine de 1949 à nos jours

le 25/11/2019
 
Pour le régime communiste qui s’installe à Pékin en 1949, mobilité est synonyme de désordre. Dès son accession au pouvoir, le Parti classe la population pour mieux la contrôler : les membres des « classes exploiteuses » sont sujets à de nombreuses restrictions, tandis que les classes « rouges » doivent les surveiller. Mais dès 1958, le contrôle est généralisé et les déplacements limités pour tous. Pourtant, la mobilité s’est peu à peu installée dans la vie quotidienne des Chinois : des cadres d’entreprises rentrent chez eux chaque week-end en avion ; les classes moyennes rejoignent leurs maisons de campagne en voiture ; la voiture individuelle a remplacé la bicyclette dans les villages. Loin de marquer la fin du contrôle, cependant, le revers de cette liberté est une surveillance d’une ampleur inégalée. Jean-Philippe Béja retrace l’histoire de 70 ans d’émancipation sous contrôle.

Lire la suite sur le site du Forum Vies Mobiles

haut de page
  • Centre national de recherche scientifique
  • Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Suivez Métropolitiques.eu

  • F
  • T
  • rss

Partenaires

  • Fondation Abbé-Pierre
  • Maison des sciences de l'homme Paris-Nord
  • Austin W. Marxe School of Public and International Affairs, Baruch College, CUNY
  • Urban Research Network
  • Forum Vies mobiles

Les textes publiés sur Métropolitiques sont protégés par le droit d'auteur. Toute reproduction interdite sans autorisation.

Site propulsé par Spip2Mentions légales | Contact | Plan du site