Grandeur et décadence du « périurbain » - commentaires