Accueil du site > Métropolitiques > "De la ZEP à la prépa, le risque d’être vu comme un traître"

"De la ZEP à la prépa, le risque d’être vu comme un traître"

le 14/10/2014
 
Durant cinq ans, le sociologue Paul Pasquali a suivi des élèves passant des cités aux grandes écoles. Il montre la difficulté à franchir les « frontières sociales » et les limites d’un système censé ouvrir les filières d’élite.

Lire la suite sur le site de Libération

haut de page

Les textes publiés sur Métropolitiques sont protégés par le droit d'auteur. Toute reproduction interdite sans autorisation.

Site propulsé par Spip2Mentions légales | Contact | Plan du site